Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 17:41


" Écrits de mémoire de Templier "


Il advint en son temps que mon père, le chevalier Antoine de
Rupt de Ville, vint en le pays d’Aragon par le détroit du Somport
sis entre les roches merveilleuses des hautes montagnes qui vont
du grand Océan à notre mer Méditerranée.
Mon père le fit pour se mettre au service des rois chrétiens.
Il leur porta secours par moult prouesses et avec vaillance à
l’encontre des Maures. Après, pour le remercier, le roi d’Aragon
l’hébergea en le castel de Loarre. On lui fit si bon accueil qu’il
y resta un temps plus long que celui des moissons. Ainsi il fit
sa cour à ma gente mère, cadette du sire es lieux. Quand il se
pourpensa à la demander en mariage, ce lui fut accordé.
En l’an de grâce onze cent soixante et deux après l’Incarnation
de Notre Seigneur Jésus-Christ, moi qui écris naquis de sa chair
en ce castel. J’y fus assez peu en enfance car le bruit des armes
m’éveilla tôt à ce métier. Après il advint que je fus fait bachelier1,
puis chevalier par le roi Alphonse II qui régnait de son fait glorieux
sur le royaume d’Aragon et le comté de Barcelone.
Ainsi j’entrai en ordre de chevalerie net et expurgé des mortels
péchés qui font mourir l’âme. Je me tins en cet état aussi longtemps
que je le pus et que Dieu le voulut.
Mon père avait un sien cousin qui s’était déjà croisé pour la
Sainte Terre de Palestine. Outre-mer, il était entré en la maison de
l’Ordre des pauvres chevaliers du Christ, gardienne du Temple de
Jérusalem « sanctum sanctorum in aeternam ». Ainsi je fus mandé
pour suivre sa voie. Ainsi je fus adoubé chevalier du Temple en
l’an de grâce onze cent et quatre vingt et cinq après l’Incarnation
de Notre Doux Seigneur.
Par ces écrits de mémoire qui disent ma folle vie, je confesse
mes fautes et péchés afin que Notre Doux Seigneur qui pour
nous souffrit martyre, me fasse pardon comme à tous ceux qui
se croisèrent. J’espère qu’Il m’aura en Sa Sainte Garde pour bien
moins m’éconduire que de m’accorder ses bienfaits.
Après, je rends grâce aux plus hautes dames que je vis en ce
bas monde, reines les plus belles, princesses les plus gentes, aux
nobles rois les plus saints, princes les plus loyaux et chevaliers les
plus preux et autre bonne gent.
Pour qu’un jour leur histoire parvienne en la connaissance du
monde quand viendra l’heure choisie par Notre Seigneur.
Dieu le veut

Partager cet article

Repost 0
Published by lireledebut
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lireledebut
  • Le blog de lireledebut
  • : Les intros des romans de ETT / Éditions Territoires Témoins
  • Contact

Recherche

Liens