Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 16:49
HÔTEL LES EMBRUNS

Hötel Les Embruns / Serge Radochévitch

 

Première partie

 

 

1

- Bonne nuit, patron !

- Bonne nuit, Valentin. A lundi ! Valentin sortit, respira un

grand coup. Ça faisait du bien, après toute une journée de travail

au restaurant. C’est que le samedi, c’est blindé. Il s’engagea dans

les petites rues étroites de la ville basse. Un moment, il longea

le lac, s’arrêta. Clarté de la lune et des étoiles, l’eau scintillait.

Petite nostalgie. C’est là qu’il avait vécu et il s’apprêtait à partir.

Avec un bon paquet de fric. Mais nostalgie quand même. Au téléphone,

il avait été net et précis, formulé ses nouvelles exigences.

L’autre n’avait pas trop protesté, sinon pour la forme. Oui, un

sacré paquet de fric. Et soudain, une bouffée d’angoisse. Avait-il

fait suffisamment attention ? Etait-il resté discret ? Il lui semblait

bien que oui. Toutes ces précautions, il pouvait partir tranquille.

L’angoisse avait disparu, remplacée par une exaltation joyeuse.

De fait, il était content de partir. Parce qu’il n’avait jamais eu le

choix. Jamais. Une mère qui s’était barrée quand il avait huit ans,

le laissant avec son père, complètement givré, celui-là, alcoolo,

violent, elle avait bien fait de foutre le camp, mais tu aurais dû

m’emmener, parce que... parce que tu n’étais qu’une salope qui

m’avait laissé avec un salaud de taré, qu’a fini par pourrir en taule.

Et moi, qu’est-ce qu’on a fait de moi, hein, ma chère maman, tu

ne t’es jamais posé la question ou cherché à savoir. Puisses-tu être

crevée. Famille d’accueil. J’y suis resté deux ans. Et puis, on m’a

retiré. Incompatibilité d’humeur, qu’ils ont dit. La deuxième, ma

deuxième famille je veux dire, ça a été ma chance. Marcel s’occupait

des chevaux, le dressage et la monte, dans un centre équestre.

Il s’est trouvé que j’avais un don, je savais instinctivement m’y

prendre avec les chevaux. Marcel m’a appris tout ce que je devais

savoir. Alors, quand une école d’équitation s’est installée dans le

coin, j’ai pu me faire embaucher. Belles années. Mes meilleurs

souvenirs. Jusqu’à ce que je me fasse virer. A cause d’une connasse

de propriétaire qui n’avait pas supporté, ni pardonné que j’arrête

de la baiser. J’avais cru que je pouvais choisir. Trop jeune, trop

con.

 

Maintenant, employé à l’hôtel-restaurant Les Embruns, lui,

Valentin Munez, trente-cinq ans, célibataire et de la hargne à

revendre. Alors, quand l’occasion s’était présentée, il n’avait pas

hésité.

Il arriva place des Thermes. Il habitait là, l’immeuble juste en

face. Mais qu’est-ce qu’il fait, ce con ? Une voiture, garée contre

le trottoir, en face de lui, avait allumé pleins phares et l’épinglait

comme un vulgaire lapin. Il mit une main en visière, pas gêné

celui-là ! Connard ! Il vit quelqu’un sortir de la voiture, il allait lui

dire... un coup terrible à la tête, Valentin s’effondra.

Partager cet article

Repost 0
Published by lireledebut - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lireledebut
  • Le blog de lireledebut
  • : Les intros des romans de ETT / Éditions Territoires Témoins
  • Contact

Recherche

Liens